Médicaments

Notre approche vis-à-vis des médicaments

La vocation première de PSF Suisse consiste à améliorer l’accès aux soins pharmaceutiques de qualité, pour les populations les plus vulnérable. Le médicament, au cœur de nos actions, peut représenter des risques pour la santé, s’il n’est pas utilisé dans de bonnes conditions. C’est la raison principale pour laquelle nous n’acceptons pas le don de médicaments non utilisés, et que nous travaillons exclusivement avec des fournisseurs locaux. Cela permet d’améliorer le suivi, la qualité du médicament, mais développe aussi l’activité économique locale, afin de réduire le lien de dépendance avec l’aide internationale. PSF Suisse applique ainsi les directives de l’OMS. Explication !

Déballage et tri des médicaments, hôpital de Lugala, 2018. © PSF Suisse

Don de médicaments

Une utilisation réglementée

Bien que généreux, ce geste appelle à des mises en garde. Utilisé dans de mauvaises conditions, le médicament représente des risques pour la santé. Le don de médicament non utilisé (MNU) répond à des règles strictes et relève de normes d’exigences de qualité.
De nombreuses associations humanitaires actives dans le domaine de la santé, telles que le CICR, le UNHCR, MSF ou PSF, se sont engagées à suivre les Principes Directeurs de l’OMS applicables aux dons de médicaments.

Les directives à prendre en compte

  • L’aide doit être adaptée aux besoins du terrain. Toute action doit être menée après une évaluation des besoins sur place ou sur demande précise émanant du personnel médical local.
  • Le médicament doit rester aux mains des professionnels de la santé. Les standards de qualité doivent rester les mêmes dans nos pays comme à l’autre bout du monde.
  • Les médicaments non utilisés (MNU) collectés auprès de la population ne doivent pas avoir leur place dans l’aide humanitaire.
  • Les dons de médicaments doivent respecter les politiques de santé du pays destinataire.
  • Il faut éviter les aides ponctuelles et donner la priorité à une aide à long terme associée à une collaboration avec le personnel local et la création de réseaux d’approvisionnement locaux qui resteront en place après le départ des associations d’aide.

Lors de l’envoi de médicaments, il faut tenir compte des problèmes d’acheminement et des risques de détournement.

Camion de livraison de médicaments, Tanzanie, 2018. © PSF Suisse

PSF Suisse et le don de MNU

Les risques pris en compte!

Depuis 1999, PSF Suisse s’est engagée à ne plus travailler avec des médicaments récupérés (MNU).
Pourquoi? Le développement réellement durable mise sur le déploiement de mesures locales et sur l’autonomisation des populations défavorisées. L’envoi de MNU peut avoir des conséquences lourdes et graves, d’un point de vue éthique, sanitaire et économique. Lesquelles?

Tous ces motifs poussent PSF Suisse a privilégier l’achat de médicaments génériques essentiels dans les centrales d’achat locales, renforçant ainsi les efforts fournis par les autorités pour créer un circuit de distribution pérenne.