Mission d’évaluation. Soudan du Sud, 2019. © PSF Suisse

Retours sur le projet pluriannuel (2019-2021)

Depuis 2019, PSF Suisse a enregistré des résultats encourageants, confirmant sa stratégie d’intervention : ce projet a mis en évidence la nécessité de conjuguer soutien financier à l’achat de médicaments de qualité, soutien technique, formation et professionnalisation du personnel local de la santé.

Le bilan des trois années écoulées est globalement positif, malgré les difficultés engendrées par la survenance de la crise de la Covid 19. Entre 2019 et 2020, CHF 26’500.- ont été envoyés pour financer l’achat de médicaments. En 2021, ce sont CHF 30’000 qui ont été envoyés, répartis entre le financement de médicaments, d’équipement médical mais aussi de soutien aux salaires du personnel de santé. Plus de 6’000 patient.e.s ont ainsi reçu les médicaments nécessités par leur état de santé.

Les relations avec le CSSV et l’ASASE se relèvent être excellentes, avec des retours réguliers du terrain. Toutes les activités prévues ont été réalisées et ceci malgré les contraintes liées aux modalités de gestion du projet. En effet, les conditions sécuritaires au Soudan du Sud, ne permettent pas à PSF Suisse d’envoyer un.e pharmacien.ne volontaire sur le terrain. A ceci s’ajoute le manque de sécurité dû aux combats même si celle-ci concerne principalement les éleveurs de bétail nomades installés dans la région pendant la saison sèche. Par ailleurs, le personnel de santé doit relever le défi de sa relève en cas de maladie ou de congé afin de poursuivre la prise en charge des patients.

Le renforcement des capacités du personnel de santé local, élément central de l’autonomisation du centre, s’est concentré sur la prévention et la prise en charge de patient.e.s souffrant d’infection par le VIH et le virus Ebola, maladies faisant un nombre important de morts dans la région. Les responsables du centre. L’engagement de PSF Suisse permet d’aider des milliers de personnes dans la région de Mahajanga et de soutenir le personnel de santé local à exercer leur métier dans les meilleures conditions possibles. Malgré une adaptation rapide et efficace à la crise de la Covid-19, de nombreuses questions restent en suspens et de nouveaux défis émergent.

Ont été formé.es à reconnaitre les symptômes des différentes maladies et à savoir faire preuve d’écoute et d’empathie afin d’améliorer la qualité des soins de la personne souffrante. Des formations sur l’assainissement, le traitement de l’eau potable ou encore l’hygiène personnelle ont été données aux membres des communautés villageoises entourant le centre, dans le but de prévenir les maladies telles que le choléra, la fièvre entérique ou encore les maladies diarrhéiques courantes chez les enfants.

Centre de Santé Saint Vincent. Soudan du Sud, 2019. © ASASE